Faisan doré

Chrysolophus pictus

Poids:

575-875 g

Taille:

61 – 115 cm
Oiseaux
Omnivore
Plateau montagneux
Asie

Préservation

Peu concerné

Ecologie et Comportement

Comme chez la plupart des galliformes le mâle a un plumage très coloré qui va lui servir lors de la parade nuptiale. Il est facilement reconnaissable en raison de sa huppe dorée et longue qui lui retombe sur la nuque, de sa vaste collerette marron écaillée de noir. La femelle, brune et tachetée, est plus difficile à reconnaître, car très semblable à celle du Faisan de Colchide (présent en Europe).

La plupart du temps, le faisan doré est solitaire, mais au printemps, le mâle chante avec vigueur pour attirer une femelle sur son territoire. Son cri de contact est un 'tchak' rauque et métallique. Si une femelle répond, une danse nuptiale élaborée prend place, au cours de laquelle le mâle hérisse les plumes de sa tête qu'il tient le plus près possible de la femelle, exhibant ainsi sa collerette marron. En même temps, il abaisse une aile et s'incline pour montrer au mieux son croupion doré et sa queue colorée. Si sa démonstration est concluante, les deux oiseaux s'accouplent. Lorsqu'il parade, le mâle émet un sifflement puissant qui ressemble au bruit d'un pneu crevé.

La nidification de l'espèce dans la nature est mal connue bien qu'un nid ait été trouvé dans les herbes au cœur d'un bouquet de bambous. En volière, la femelle pond à l'abri d'une végétation dense. Le faisan mâle ne participe ni à la couvaison ni à l'élevage des jeunes. Durant les 22 jours d'incubation, la femelle compte sur son plumage camouflé pour échapper aux prédateurs. A deux semaines, les jeunes savent voler mais restent avec leur mère jusqu'à ce qu'ils atteignent leur taille adulte, à environ quatre mois.

Faits intéressants

Le faisan doré s'hybride parfois avec le Faisan de Lady Amherst et produit des jeunes fertiles. Originaire des montagnes de Chine Centrale, où il vit jusqu'à plus de 2000 mètres d'altitude, il a été importé en Grande-Bretagne où quelques oiseaux se sont échappés et implantés localement, au point que l'espèce y est considérée comme parfaitement implantée aujourd'hui.

Certains auteurs voient en lui l’oiseau qui aurait inspiré le mythe du phoenix.

Subscribe to newsletter