Otarie de Californie

Zalophus californianus

Poids:

Zalophus californianus

Taille:

Mâle2.4m Femelle2m naissance80cm
Mammifères
Carnivore
Océans et mers
Amérique du Nord

Faits intéressants

La famille des otaries appartient au sous-ordre des pinnipèdes au même titre que la famille des phoques et des morses.  

Préservation

Peu concerné

Cette espèce d’otarie, comme la plupart des otaries, montre un grand dimorphisme sexuel. Les mâles une fois matures présentent une crête sagittale, sorte de bosse sur la tête.  Le pelage varie du brun foncé pour les mâles au beige-doré pour les femelles.  

Environnement et comportement

Le mâle adulte et le subadulte, équivalent de l’adolescent chez l’homme,  sont extrêmement bruyants. Ils aboient sans relâche pour attirer les femelles et éloigner les autres prétendants. L’espèce est polygame.  Le mâle arrive avant les femelles sur les plages. Il défend pendant à peu près 45 jours un territoire sur lequel les femelles vont venir mettre bas le petit conçu l’année précédente. La gestation dure un an en tenant compte d’une période d’implantation différée d’à peu près 3 mois.  C’est-à-dire qu’après l’accouplement, l’embryon ne se développe pas.  Si la mère rencontre des conditions favorables (bonne alimentation, pas de maladie), le fœtus se développera. L’unique petit naît entre mai et juillet. Les femelles sont fécondes une à deux semaine après la mise bas.La mère reste alors sur la terre ferme une semaine sans quitter son petit afin de l’allaiter très souvent.  Ensuite, elle alterne des périodes de chasse de 2 à 3 jours et des périodes d’allaitement de 2 à 3 jours également.  

Prédateurs

Les principaux prédateurs de l’otarie de Californie sont les orques et les requins.  Sur la terre ferme, le coyote est un prédateur des nouveaux nés.

 

Menaces

Les conflits avec les pêcheurs, le braconnage et les prises accidentelles dans les filets de pêche sont les principales menaces qui pèsent sur cette espèce de nos jours.  Leur place au sommet de la chaîne alimentaire leur fait également accumuler de grandes quantités de PCB et de DDT qui affaiblissent leur système immunitaire et leur taux de reproduction.

Subscribe to newsletter