Les otaries

Votre billet d'entrée au parc Marineland vous permet de découvrir les otaries en visite libre

Faits intéressants

L'otarie a la particularité d'ingurgiter des pierres (jusqu'à 11 kg de graviers trouvés dans l'estomac d'une otarie de Patagonie!)

Plusieurs espèces d'otaries vivent à Marineland

Les otaries de Patagonie, les otaries de Californie, les otaries du Cap et les otaries de Steller. 

Mais elles ont toutes des points communs

Assez bruyantes, elles s'expriment haut et fort dans la colonie: rugissements, aboiements, beuglements, grognements et bêlements pour les plus petits.

Pendant la période de reproduction, les otaries mâles rivalisent de force pour avoir accès aux femelles qui les rejoignent alors sur les plages pour créer des harems. Elles mettent au monde le petit qu’elles auront porté pendant une année. Le harem permet aux femelles de pouvoir continuer de s’alimenter en mer pendant que leur petit reste au sein de la crèche. Le chef du harem quant à lui ne retournera pas à l’eau pendant des longues semaines au risque de se voir voler son harem par les mâles non reproducteurs restés en périphérie du groupe. Ils perdent alors énormément de poids qu’ils devront ensuite regagner dès que la colonie retournera en mer en compagnie de la nouvelle génération.

L'otarie a la particularité d'ingurgiter des pierres (jusqu'à 11 kg de graviers trouvés dans l'estomac d'une otarie de Patagonie !). On suppose que le but est soit de se lester en plongée, soit de faciliter la digestion.

Les colonies d'otaries élisent domicile sur des plages de galets, au pied de falaises ou sur des rochers pour la saison de la reproduction. Le bébé ou chiot apprend progressivement à se familiariser avec l'élément liquide, avant de s'aventurer au large. Il sera allaité entre 6 mois et deux ans en fonction des espèces. La longévité des otaries varie de 20 à 30 ans selon les espèces.

L'Otarie de Steller

L’otarie de Steller est la plus grande otarie du monde: elle domine les 14 espèces d’otaries par ses 3 mètres pour une tonne (le mâle). La femelle mesure 2,20 mètres pour 270 kg. Elle peuple tout le Pacific Nord, des côtes californiennes et d’Alaska aux côtes japonaises.

L'otarie de Steller est une espèce menacée: depuis le début du XXème siècle, elle a subi des campagnes d’abattage massives (55 000 individus tués) pour protéger les ressources de pêche. Au point qu’au milieu du XXème siècle, les roqueries (zones rocheuses sur lesquelles vivent les harems) qui comptait habituellement 1200 naissances, n’en comptait plus que 10. Depuis 1970, l’otarie de Steller fait partie des espèces menacées, et donc protégées sur le continent Nord Américain. D’après les dernières études canadiennes, les populations sont de nouveau en augmentation depuis les années 90.

Subscribe to newsletter