Accueil > Inside Marineland > Réponses aux 10 questions les plus fréquentes

  • Marineland
Vendredi, juin 30, 2017 - 13:24

Chers amis,

Vous trouverez ci-dessous les réponses aux 10 questions qui nous sont les plus fréquemment posées !

  • 1. Pourquoi des ours blancs dans le sud de la France ?

Les animaux hébergés à Marineland ne nous appartiennent pas. Cette mission nous a été confiée par l’EAZA afin de participer aux efforts de sauvegarde de cette espèce dont il ne reste que 26 000 spécimens dans la nature. Cet organisme Européen impose un cahier des charges très strict pour la construction des installations, mais aussi pour la qualité de vie des animaux. L’avenir des oursons issus de ce programme de reproduction est également confié à cet organisme. Une fois sevrés, ils sont placés dans d’autres centres agréés par l’EAZA. Cet animal a de nombreuses qualités physiques qui le protègent contre les températures très basses mais aucune de ces qualités ne l’empêche de réguler sa température corporelle lorsqu’il fait plus chaud. Néanmoins et pour contribuer à son confort, Marineland a mis à sa disposition des locaux de nuit climatisés, une eau de mer naturelle à 14° ainsi que des grottes de glace. Et pourtant, vous pourrez l’observer régulièrement prenant des bains de soleil ici sur la Côte d’Azur…

  • 2. Affame-t-on nos animaux et leur donne-t-on des antidépresseurs pour qu’ils travaillent ?

Evidemment non ! Les résultats obtenus sont dûs à une stimulation quotidienne de nos animaux 365 jours sur 365 au travers des jeux et des interactions toujours différentes. Et si un dauphin ou une orque ne souhaite pas répondre aux sollicitations des soigneurs, ce n’est pas grave, on tente autre chose et si nous échouons, nous attendons que sa motivation revienne. Notre participation à l’élaboration du nouvel arrêté sur les delphinariums nous a permis de stopper toute rumeur d’utilisation d’anti dépresseurs puisque nous avons exigé que cette interdiction figure dans l’un des articles. Alors pourquoi voit-on les soigneurs distribuer des poissons pendant les représentations ? Il s’agit du bon point que l’on donne à un enfant lorsqu’il a réalisé quelque chose de bien, c’est aussi simple que cela.

  • 3. Pourquoi les animaux ont-ils des traces sur le corps ?

C’est signe d’une vie sociale très riche et ces marques sont donc un signe très positif de bonne santé mentale. Les traces de dents sur le corps des animaux ont plusieurs origines : Ils peuvent se battre, par exemple pour établir leur position hiérarchique qui évolue au cours d’une vie, pour une femelle, ou encore l’éducation des jeunes. Le jeu, une des principales activités des cétacés est également à l’origine de nombreuses traces de dents ainsi que les préliminaires sexuels. Nous retrouvons ces mêmes comportements en milieu naturel. Donc il s’agit bien de traces et non de blessures car la peau des delphinidés est très fine et se marque très facilement.

  • 4. Ne les empêche-t-on pas de dormir à cause des représentations en soirée ?

Non, il faut savoir, comme pour les humains, que l’équilibre physique et mental d’un animal résulte d’un savant dosage entre travail, jeux, nourriture équilibrée, vie sociale et repos. Nous respectons des temps sans activités et nous nous obligeons à laisser au repos pendant un nombre d’heures précis nos animaux entre les différentes séances d’apprentissage ou de jeux. Pour info, il faut savoir que les cétacés ne dorment pas comme nous l’entendons. Leur respiration n’est pas automatique comme elle peut l’être pour les poissons et les mammifères terrestres. Aussi, reposent-ils leur cerveau par hémisphère. Quand le droit est en « sommeil », le gauche est actif et vice versa.

  • 5. Les animaux sont- ils inséminés ?

Toutes les naissances à Marineland sont naturelles. Le calendrier et les humeurs des animaux en marquent le tempo. Seule exception : une des orques est née par insémination artificielle, en utilisant le sperme d’un mâle vivant aux Etats Unis. Il est à noter que les orques de Marineland font partie d’une seule famille et que toute reproduction « naturelle » est à éviter. C’est pour cela que nous avons pris la décision de poursuivre le programme en utilisant une technologie développée par les zoos pour conserver le patrimoine génétique des groupes des grands animaux pour lesquels le, transport est difficile et risqué (éléphants, gorilles etc). Actuellement, notre programme de reproduction d’orque est à l’arrêt puisqu’il n’est plus possible de bénéficier de la semence des orques de Sea World depuis que ce parc a stoppé son programme de reproduction.

  • 6. Ils sont malheureux car dans la nature, ils parcourent de 100 à 200 kms par jour.

En milieu naturel, les distances sont parcourues pour trouver de la nourriture et éviter les prédateurs. Lorsque les populations sauvages trouvent de la nourriture dans un périmètre restreint, ils l'exploitent et deviennent alors une population résidente qui parcourt peu de kilomètres par jour. En milieu contrôlé, les prédateurs n'existent pas et la nourriture est fournie, les longs déplacements ne sont donc pas nécessaires. Cependant, les soigneurs leur proposent des activités tout au long de la journée pour entretenir la condition physique des animaux dont ils ont la responsabilité.

Autre interrogation : Nos animaux sont- ils capables d’être relâchés dans la nature ? Non car il est important de savoir que nous avons, pour la plus grande partie d’entre eux, des animaux de la seconde génération qui ne connaît que l’homme, comme environnement. Les relâcher serait les condamner à mort à court terme.

Ceci étant, Marineland est contre la capture d’animaux dans le milieu sauvage, il est important de le rappeler

  • 7. Pourquoi chlore-t-on les bassins ?

Question importante ! La chloration des bassins se situe entre 0.2 ppm et 0.4 ppm. L’eau potable que nous buvons sort de l’usine à 0.4 ppm. Cette très légère chloration tue les bactéries mais si vous regardez bien les bassins, il y a trace d’algues donc la photosynthèse est bien effective et l’eau de mer puisée à 600 m au large et à 70 m de profondeur est parfaite pour assurer la bonne santé de nos animaux. Revenir sur ce système de chloration et passer sur un traitement à l’ozone, comme nous le demande le ministère de la transition écologique et solidaire nous inquiète au plus haut point car aucune analyse scientifique nous prouve aujourd’hui le bienfondé d’une telle décision.

  • 8. Les dauphins ou les orques vivent-ils moins longtemps en captivité qu’en milieu naturel ?

Non. De récentes études montrent que les animaux vivent plus longtemps en milieu captif qu’en milieu naturel (étude de Randy Wells, chercheur spécialiste des cétacés), même si nous avons peu de recul sur ce genre de données. Les cétacés en captivité ont un suivi médical hebdomadaire. Nous avons 2 vétérinaires sur place qui se relaient 24/24 et surtout, nos animaux ne subissent pas la pollution et reçoivent une nourriture équilibrée, riche en vitamines, calibrée en fonction de leur sexe, âge et activités.

  • 9. Quelle est la position de Marineland par rapport au massacre de dauphins dans la baie de Taiji au Japon ?

Marineland, depuis son origine, a vigoureusement pris position contre ce massacre en postant des articles sur Facebook, en communiquant dès que possible auprès du grand public ce qui doit être considéré comme une honte. Il est à rappeler encore une fois, que la fondation Marineland participe à divers programmes liés à la protection animale : Tortues Caouanne en Méditerranée par exemple pour ne citer que l’action la plus proche de nos côtés Méditerranéenne.

  • 10. L'arrêté. Qu’en est- il de l’avenir de Marineland ?

Après deux ans de travaux sous la houlette du ministère de l’environnement de Mme Royal, le 1er arrêté publié correspondait effectivement à des avancées sérieuses qui allaient dans le sens des parcs marins, des associations, des scientifiques. Mais nous sommes contre le second arrêté publié à la surprise générale, qui interdit la reproduction des cétacés en milieu fermé. Nous considérons que c’est là de la maltraitance animale qui va obliger les soigneurs à séparer les animaux alors même que leur vie sociale est extrêmement importante pour leur bien- être. Or, on nous interdit aussi les échanges d’animaux entre parcs. Les dits échanges, soumis à l’approbation d’instances officielles, nous permettaient d’éviter la consanguinité, signe, à terme, de dégénérescence.

Alors oui, nous allons attaquer cet arrêté devant le conseil d’état. Oui, nous allons continuer à faire découvrir les merveilles de ce parc aux écoliers, vacanciers, familles qui nous suivent et nous aiment.

Nos animaux sont jeunes, en bonne santé et HEUREUX !

L'équipe de Marineland.